ÉAF 2002


Nous recueillons toutes les informations sur l'ÉAF, et sur les actions menées localement. Une boîte spéciale pour nous écrire à ce sujet : . Veillez à préciser dans votre message le texte que vous souhaitez publier, y compris la signature à mettre, de préférence joint au format .rtf.

Mercredi 5 février 2003 à 14 h 30 : rassemblement devant le ministère.

Faites signer la pétition !

Envoyez votre lettre de protestation à l'inspection !

Voir aussi ci-dessous l'enquête lancée par l'École des lettres.

Lire notre communiqué de presse du 23/09/02.

ÉAF 2002 - Sujets de l'épreuve écrite
Actions ÉAF 2002

22/01/03
Pétition des éléves de 1ére du Lycée Claude Monet

A l'heure qu'il est, cette pétition est déjà en circulation dans plusieurs lycées parisiens.

"Mesdames, Messieurs,

Après discussion avec les éléves ayant passé l'épreuve anticipée de français l'année dernière ainsi qu'avec nos professeurs, nous vous demandons une révision complète de cette épreuve.

Effectivement nous avons constaté un manque de temps pour les sujets "commentaire" et "dissertation" et nous vous prions donc de réfléchir à la possibilité d'augmenter la durée de l'épreuve écrite.

Nous trouvons également dommage que tous les sujets portent sur le même objectif d'étude ne laissant aucun choix aux candidats.

En ce qui concerne l'épreuve orale, nous déplorons la possibilité pour l'examinateur de poser une question limitant ainsi l'explication du texte à un seul de ses aspects.

Merci beaucoup de votre attention et de votre compréhension.

Les éléves de 1ére du Lycée Claude Monet (Paris)."

Contact : lire la suite

22/01/03
EAF 2002 : notes extravagantes

Juste un mot pour confirmer que chez nous aussi (Loiret), l'EAF 2002 a donné de curieux résultats.

Des notes extravagantes :18, 17... ont fait la joie d'élèves très honnêtement étonnés de leurs performances, par contre des jurys ont sabré délibéremment des classes entières (3 notes au-dessus de la moyenne sur une classe à l'écrit), idem à l'oral ailleurs avec pour tromper les résultats finis des notes parallèles orales ou écrits "correctes" qui ont pour finalités de tromper les statistiques qui font une moyenne englobante aplanissant et dissimulant les disparités.

Les vrais problèmes sont, pour les élèves, le report d'accès aux livrets scolaires en fin de terminale qui crée de réelles injustices et la non reconnaissance du travail de bon nombre durant leur scolarité (le bac serait-t'il devenu un concours au lieu d'un contrôle de connaissances) et comble d'ironie l'obligation de fournir ces notes "provisoires" en l'état pour la constitution des dossiers de poursuite d'études ...

Le cynisme n'a plus de limite lire la suite

08/12/02
Compte rendu de réunion entre notre équipe de lettres et l'IPR.

Nous avons rencontré notre inspectrice la semaine dernière. Son ouverture agressive a voulu tout d'abord nous culpabiliser d'avoir empêché nos collègues de travailler pour l'oral puisque nous avions fait obstruction et elle a fustigé notre refus systématique de tout dialogue. Elle a épluché nos moyennes de bac pour finalement conclure que l'EAF nouvelle formule ne fonctionnait pas si mal.

Elle nous a ensuite ouvertement accusés de faire partie d'une élite (de qui se moque-t-on ?) responsable de l'absence de réussite scolaire des catégories ouvrières (peu présentes dans les études supérieures). Elle a alors remis en cause nos pratiques et prôné le retour (personne n'en fait plus, c'est bien connu) des exercices d'écriture en classe et autres travaux de groupes (car les élèves ne travaillent pas chez eux, c'est un fait acquis semble-t-il), fustigé le cours dialogué, je devrais dire "nos" cours dialogués, etc. Il nous aura fallu supporter des remarques comme: les élèves ont changé, ils peuvent aussi lire la suite

30/11/02
Rumeurs sur l'EAF

Selon plusieurs sources concordantes (professeurs ayant rencontré des inspecteurs dans diverses académies), il ne serait pas question de modifier l'écrit ni de toucher au sujet d'invention. L'oral serait l'objet de quelques modifications : plus de question pour l'entretien, mais question maintenue pour le texte (!), préparation ramenée à 30 mn. Ce qui signifie un battement de 10 mn entre chaque élève puisque la durée de la prestation ne changerait pas.

Une réunion nationale de l'Inspection Générale serait organisée à Paris en décembre ou janvier.

Plus que jamais, il faut envoyer des lettres à l'Inspection et diffuser la pétition !

AMB

24/10/02
"L'Ecole des Lettres" lance une enquête sur les nouvelles modalités des épreuves du bac. Ci-dessous le texte de l'annonce dans le dernier numéro de la revue :

"ENQUETE SUR LES EPREUVES ANTICIPEES DE FRANCAIS

Vous avez expérimenté les nouvelles épreuves anticipées de français ; prenez quelques instants pour communiquer à L'Ecole des Lettres vos observations sur les nouvelles modalités de l'écrit et de l'oral.

Rédaction de L'Ecole des Lettres
11 rue de Sèvres, 75278 PARIS Cedex 06
Mél : edlettres@ecoledesloisirs.com"

A.J.

16/07/02
Petit témoignage en fonction de l'humeur

Ce que les professeurs de français, examinateurs de l'oral de français du baccalauréat nouvelle formule retiendront de cette session, c'est leur fatigue et leur mauvaise conscience !

Nous n'avons cessé de réclamer un aménagement de l'épreuve, éprouvant bien avant juin l'absurdité de la passation dans sa lourdeur. Eh bien ! les examinateurs auront eu sur 10 à 11 jours d'oraux l'occasion de se transformer en moines copistes entre la rédaction des bulletins de passages, des bordereaux d'évaluation et de leurs propres feuilles de notes... A cela s'ajoute le secrétariat : un compte-rendu des questions posées, des réponses apportées et des remarques devant justifier la note, à reporter sur le bulletin de passage et sur le bordereau de notes. Bref, autant de précisions permettant au rectorat et ses sbires de l'inspection de pouvoir trier ceux qui auront appliqué les nouvelles consignes des autres...

Ce baccalauréat est digne d'un bon roman de Kafka, mais pour le rendre vraiment performant dans ses prétentions, il faudrait lire la suite

08/07/02
Ci-joint les consignes de correction pour l'académie de Rouen.
M.B.
Recommandations pour la correction de l'ÉAF.

08/07/02
À propos des sujets de l’ÉAF 2002 en séries générales
En série L
Le fiasco du corpus est particulièrement patent : un élève de première ne pouvait pas, en une heure de temps, analyser les poèmes rassemblés et traiter sérieusement une question qui les supposait compris. Est arrivé ce qui devait arriver : toutes les copies, à de très rares exceptions près, se sont réfugiées dans des observations formelles qu’on aurait pu exiger d’un élève de cinquième, sans jamais affronter la thématique du groupement -l’inspiration poétique et l’écriture poétique- et sans jamais déboucher sur les effets de sens ou les effets littéraires. Et qui pourrait en blâmer les candidats ? (...)

05/07/02
Confessions d'un enfant du SIEC

D'après les témoignages qui commencent à parvenir, la session de l'EAF 2002 illustre pleinement la nocivité des dernières dispositions et l'ignorance pontifiante qui a inspiré ses promoteurs. À ce florilège, je voudrais ajouter quelques impressions personnelles.

En ce qui concerne l'écrit, le commentaire était très paraphrastique, mais guère plus que les autres années, et les dissertations plutôt honorablement traitées, au vu du libellé aberrant du sujet. L'écriture d'invention était de loin la plus décevante. À un Priam chevrotant d'interminables maximes moralisantes, certains candidats avaient opposé un Hector trépignant et boutonneux, qui faisait visiblement une crise d'adolescence tardive. Ailleurs, un Hector technocrate, sans doute mandaté par le Medef, expliquait que la guerre allait faire baisser le PNB, décourager les investisseurs, et écraser les PME par le remboursement d'emprunts à long terme. Les interventions d'une Andromaque tantôt geignarde, tantôt hystérique n'arrangeaient rien. Bref, du cabotinage lire la suite

02/07/02
J. K.
Coordinateur des EAF
Paris

à Monsieur l'Inspecteur pédagogique Régional

EAF 2002
Rapport n°1 en date du 24/ 06/ 2002

Suite à la réunion des coordinateurs du 17/ 06 au lycée Paul Bert, dont je me suis fait l'écho auprès des collègues du jury 2175, j'ai rappelé que Mme Weinland préconise pour l'oral des questions préalables aussi ouvertes que possible, et les ai informés que la quasi-unanimité des coordinateurs s'était prononcée pour une question du type : "Quel est selon vous l'intérêt de cette page?"

Un débat s'est alors ouvert : pour deux collègues, qui avaient déjà commencé à préparer des questions, c'était là dénaturer l'esprit de la réforme, et il apparaissait dépourvu de sens de copier plus de soixante fois la même question.

Pour d'autres, dont le présent rapporteur, les questions différenciées seraient anti-démocratiques et risqueraient de paralyser les candidats et de mutiler les textes. Si l'écrit permet de juger le niveau, l'oral permet de juger le travail : cette lire la suite

25/06/02
Voilà mes réactions aux sujets séries générales :

sujets S ES: des textes qui sont dans beaucoup de manuels, et de listes : fâcheux.
Commentaire : rien à dire.
Dissertation : elle m'est apparue comme une sorte de question de cours sur l'objet d'étude: pas folichon, mais pas trop difficile (une de mes (bonnes) élèves semble l'avoir traitée avec facilité) ; mais le sujet d'invention me semble beaucoup plus problématique :
1) le texte de Giraudoux n'est pas du tout limpide, saturé de scories précieuses (pourquoi devoir Hector "à la mort d'autres hommes" ? : l'héroïsme d'Hector ? mais pas qu'il soit épargné...; pourquoi cette réponse de Priam : "c'est vous qui seriez lâches" ? ainsi que sa réponse finale ?)
2) Libellé ambigu : le point de vue des hommes est-il le même que celui d'Hector condamnant la guerre ? Priam n'expose-t-il pas lui aussi le point de vue des hommes ? Pourquoi faire intervenir tout le monde ? Quel rôle doit avoir l'intervention des deux autres ? Simples faire-valoir ? Développant des thèses opposés ? En quoi les points de vue lire la suite

25/06/02
Chers collègues,
Voici le compte-rendu émanant de SNFOLC de l'entrevue qui a eu lieu entre l'intersyndicale et la rectrice de l'académie de Nantes. Il en dit long sur la confusion dans laquelle se déroule le bac de français cette année, et qui est le fruit du refus du ministère de consulter réellement les professeurs de Lettres.
Bonne correction !
A.L.

Nantes le 30 Mai 2002
« EAF » ( Epreuves orales du Bac de français) :
Des mesures d’apaisement à confirmer par une lettre de la rectrice aux enseignants de Lettres.
Compte-rendu de l’entrevue intersyndicale avec la rectrice d’académie du jeudi 30 mai

Suite à la déclaration intersyndicale académique du 22 mai (SNFOLC, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SNES-FSU, SGEN-CFDT, SUD Education) concernant l’EAF, une entrevue avec la rectrice a eu lieu jeudi 30 mai à 18 H en présence de la rectrice, de son chef de cabinet, du chef de la division des examens et concours, du doyen de l’inspection et des IPR de Lettres. La délégation intersyndale était composée ce 30 mai de : SNES, lire la suite

20/06/02
Nous vous faisons parvenir le texte que nous avons adressé ce matin à Madame la Rectrice de Nantes et à nos Inspecteurs de Lettres pour protester contre les nouvelles modalités de l'épreuve orale de français. Tous les professeurs présents ont signé ce courrier.

Les Professeurs de Lettres membres du jury de l'EAF Jeudi 20 juin 2002
Lycée Aristide Briand
44600 SAINT NAZAIRE
Objet : nouvelles modalités de l'EAF
A Mme la Rectrice de l'Académie de Nantes,
Aux IA et IPR de Lettres,

Madame, Monsieur,

Les professeurs réunis pour la préparation à l'oral de français protestent contre l'alourdissement considérable que constituent les nouvelles modalités de l'épreuve. Ils dénoncent la surcharge de travail occasionnée par :
- l'élaboration des descriptifs,
- l'élaboration des questions préparatoires sur tous lire la suite

20/06/02
EAF 2002, série S : Les textes littéraires sont nombreux…
Aujourd'hui j'ai corrigé les 12 dissertations de mon paquet de 126 copies de S. Comme on pouvait s'y attendre les malheureux candidats ont peiné . La majeure partie des devoirs, que, dans un égarement total (qu'exiger en effet sinon une certaine bonne volonté), j'ai notés de 5 à 15, traite la question en une addition d'exemples littéraires susceptibles de convaincre et persuader en reprenant avec plus ou moins de pertinence les données des textes argumentatifs étudiés en classe ; certains candidats ont tenté un recensement des genres pour alléguer leur efficacité : le théâtre est vivant et on y croit, l'apologue instruit en divertissant etc. (...)

20/06/02
Permettez-moi de vous envoyer ce petit témoignage sur l'Eaf 2002. Je suis convoqué dans le Val d'Oise. Je me pointe. On me dit que les épreuves ont lieu à une annexe du lycée, 3 bons kms plus loin. Personne n'a cru bon d'en aviser les examinateurs. J'y vais, à pied ( je n'ai pas de voiture), en plein cagnard, ; ça commence bien. Suis-je tenu, d'ailleurs, de me rendre à une autre adresse que celle qui figure sur mon ordre de mission? Je suis moins à plaindre, il est vrai, que deux collègues de mon établissement, dont l'une est envoyée à 50 kms de chez elle, dans le département voisin, et l'autre à 96 kms...
J'ai beau avoir une demi-heure de retard, la réunion n'en est qu'au début.

On commence les consignes (vilain mot, fait pour les taulards et les bidasses) de correction de l'écrit. La modératrice rend compte de sa réunion avec l'IPR, et nous explique qu'il faut tout laisser passer, tout admettre, tout tolérer, y compris le recrachage d'un cours. L'IPR, en effet, ne voit pas pourquoi "il n'y aurait qu'en français que les élèves ne pourraient pas gagner lire la suite

18/06/02
ÉAF 2002, séries S et ES, première réaction.
J'espère qu'ils ont prévu au moins trois jours de concertation afin d'harmoniser la notation de l'écrit ÉAF nouvelle formule. Car à moins de nous donner les habituelles consignes de bienveillance pour solde de tout compte, on ne nous mettra pas d'accord de sitôt sur la question préliminaire (...)

18/06/02
Réunion de jury à Paris.
Le jury de l'EAF 2002 du centre d'examen du lycée X (Paris) s'est réuni ce matin. (...)

18/06/02
Professeur de lettres en STT, je corrige en ce moment les sujets d'invention (41 sur 80 copies) : comment noter des élèves qui réécrivent la scène de Molière, mot à mot ? comment noter des élèves qui ne respectent ni la consigne "un M Jourdain contemporain", ni la consigne de "vantardise", et qui oublient de traiter la partie "un savoir récemment acquis"? Comment noter des répliques "amusantes" du genre : si on a du poil aux jambes, c'est parce qu'on avait des plumes et qu'on pouvait voler?...et si ma moyenne sur ces sujets-là est de 4 sur 14, va-t-on me demander de la rehausser?... Je garde les photocopies de ces devoirs à toutes fins utiles.

Nathalie G., 33600 PESSAC


17/06/02
Questionnaire du Snes sur l'ÉAF. Nous exigeons d'ores et déjà un bilan et une concertation dans les meilleurs délais, pour que les évolutions de l'examen se fassent en tenant compte des remarques et des analyses de la profession, avec le double souci de garantir aux candidats une évaluation équitable et d'éviter aux examinateurs un alourdissement de leur charge de travail. Afin d'appuyer cette exigence, le SNES demande à tous les examinateurs de l'EAF de répondre ( même partiellement ) à un questionnaire élaboré par le Groupe Lettres, que vous pouvez charger ici : http://www.snes.edu/actpro/BilanEAF.rtf.

30/05/02
Délégation du Collectif Lettres Montaigne reçue par madame Weinland le 29 mai
Finalement, madame Weinland a accepté de recevoir une délégation du Collectif Lettres Montaigne, composée de (...)

29/05/02
Dans notre petit bout de terre lointaine ( Tahiti) il est difficile de faire quelque chose. Je tiens au courant les collègues et fais passer les infos.

J'avais émis l'idée (www.sauv.net/contriboralfc.php) que ces listes constituaient d'abord des "flicages" pour les profs. Mes propos avaient été jugés outranciers. J'apprends ce soir que notre inspectrice s'est permis d'appeler un collègue ( d'autres auraient été aussi "contactés" mais je n'ai pas confirmation pour le moment) pour critiquer sa liste et faire ce que le collègue concerné appelle une "inspection négative par téléphone"...

Les collègues qui sont au courant sont scandalisés.
Y a-t-il eu des cas de ce genre en Métropole. Comment pouvons nous réagir pour être à la "hauteur" de cette "initiative innovante"?

Merci de vos informations et conseils.

Katia VENCO, certifiée Lettres, conseillère pédagogique, secrétaire territoriale SNES.