Les bonnes surprises de la masterisation


Les bonnes surprises de la masterisation. Lettre d’un candidat à l’agrégation à l’université de Lille 3 (SLU 9 juin 2010)

Bonjour,

Je suis étudiant à l’université Charles de Gaulle - Lille3. Détenteur d’un M1 Recherche en histoire depuis juillet 2009, j’ai préparé cette année les concours du CAPES d’Histoire Géographie et de l’agrégation d’histoire. Je suis actuellement admissible au CAPES. J’ai manqué l’admissibilité à l’agrégation de trois points. J’aimerais donc pouvoir repasser l’agrégation l’année prochaine MAIS quand je veux faire ma demande de report de stage, les conditions de demande de report sont claires : étant admissible au CAPES, je ne peux demander une année de report pour repasser l’agrégation qu’à condition d’être admis au CAPES (logique) ET d’avoir un titre de M2 en septembre 2010. Voir le lien suivant :

https://gvsial.adc.education.fr/gvsial/fiches/option3.htm

Or, aujourd’hui, mon université vient de publier les mesures transitoires votées par le conseil d’administration le 27 novembre (oui ils ont été un peu long pour la publication) et j’apprends la chose suivante. Si je suis ADMIS au CAPES cette année, mon université me délivrera les 60 crédits du M1 enseignement et m’autorisera à m’inscrire en M2 enseignement l’année prochaine, pour passer les écrits du CAPES en novembre... Cherchez l’erreur.

Voici le lien :

http://www.univ-lille3.fr/fr/etudiant/inscription-reinscription/inscriptions-cpge-iufm/

Non seulement on nous invite à nous lancer dans la constitution d’une avalanche de procédures, de dossiers de validations, de dossier de candidature en M2, et j’en passe, alors que nous avons à nous préparer à l’oral du CAPES. Je vous avoue que la préparation des concours a sans cesse été parasitée cette année par les annonces et contre-annonces concernant la réforme. Aujourd’hui j’apprends que je ne pourrai sans doute pas passer l’agrégation l’année prochaine alors que j’ai pu le faire cette année. Tous les étudiants voient leurs projets personnels bousculés, remis en question, perturbés. Nous nous sentons impuissants et surtout incompris par les directions de nos UFR et l’administration de nos universités.

Voici l’e-mail que j’ai envoyé à mon directeur d’UFR hier soir (ce dernier ne me croit pas quand je lui dis que je pourrai pas m’inscrire à l’agrégation pour la session 2010-2011) :

La suite sur http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3838

13/06/10