Actions pour le français et les lettres


Actions / Audience au ministère du 1er décembre 2009.
Les associations signataires de ce compte-rendu ont été reçues mardi 1er décembre de 9h30 à 11h au Ministère de l’Education nationale, en même temps que M. Olivier Soutet, directeur de l’UFR de Langue française de Paris-Sorbonne, et Mme Joëlle Ducos, présidente de l’Association des Médiévistes, par M. Bernard Thomas, conseiller auprès du Ministre, et M. Erick Roser, conseiller pour les affaires pédagogiques.


Actions / Contre-appel pour le français.
Pourquoi ne lançons-nous pas d’appel pour le français ? En seconde, le passage de 4 h 30 pour tous, et 1 h d’aide individualisée, c’est-à-dire 5 h 30 d’horaire pour les élèves, à 4 h, le justifierait. En première littéraire, le passage de 6 h à 4 h en tronc commun + 2 h de " littérature " induira une perte d’efficacité pédagogique, et est lourd de menaces concernant la définition d’un tronc commun non " littéraire ". A cela s’ajoute la disparition des mathématiques, qui achèvera d’en faire la série d’orientation par défaut, celle des " nuls en maths ". En terminale, le français, jadis option dans toutes les séries, est aujourd’hui enseigné en L uniquement, où il est une matière obligatoire ; il passe de 4 h à 2 h. Excusez du peu, puisqu’il s’agit de revaloriser la filière littéraire ! Et que le programme comme l’horaire de TL faisaient – phénomène rare – l’objet d’un consensus.


Contributions / Lettre ouverte aux professeurs de français.
La nouvelle réforme prévue par notre énième ministre de l’Education nationale a suscité de nombreux remous à propos de la suppression de l’Histoire-Géographie en classe de Terminale S. Il est étonnant que la suppression, sur trois années de lycée, d’à peu près 4 heures d’enseignement obligatoire du français ait suscité si peu de réactions, à croire que cette suppression est passée inaperçue. De fait, elle est bien camouflée et pourtant…






Retour page lyceechatel
24/02/10