Les lettres au lycée : de longues années d'embuscade... (2000-2010)


Perspectives actuelles de l’enseignement du français (IGEN, DESCO), octobre 2000. (Actes du séminaire national organisé par la direction de l'enseignement scolaire, contributions réunies par Alain Boissinot, CRDP de Versailles, 2001)

Note sur l’avenir de la série L, Groupe des Lettres de l’IGEN (02/2005):
"Ce déclin de la série L met particulièrement en relief l'urgence qu'il y a à repenser l'architecture générale des enseignements au Lycée dans la perspective d'une orientation des élèves (par rapport à des débouchés et au marché de l'emploi). […] La question de l'avenir de la filière posée à partir de celle des débouchés, universitaires ou professionnels, qui peuvent être offerts aux élèves, conduit immanquablement à repenser l'architecture générale de cette formation."

Analyse / Réponse à la « Note sur l’avenir de la série L » :
"Enfin et surtout il faut enseigner autre chose que la littérature. L’Inspection propose un tableau de vingt options spécifiques à la série L et qui s’ajouteraient aux enseignements fondamentaux. Ainsi celui qui ne peut pas écrire trois phrases correctes sera invité à s’initier, deux heures par semaine, à l’histoire de la presse et des média, à la sociologie, à la documentation et à l’archivage, à la gestion et l’économie de l’art, à la psychologie, la pédagogie et la cognitique…"

Rapport / Evaluation des mesures prises pour revaloriser la filière littéraire (rapport de l’IGEN et de l’IGAENR, 2006):
"Loin d’attirer les meilleurs éléments des classes de seconde, elle apparaît trop souvent comme un refuge pour des élèves en délicatesse avec les disciplines scientifiques et amenés là par défaut plutôt que
par goût pour les enseignements littéraires."

Communiqué / Rapport sur la filière L : comment soigner en tuant le malade, 12/2006 :
"Les solutions proposées ne peuvent donc pas surprendre : puisque la littérature " [nécessite] une bonne maîtrise de la langue "(p.28) qui n’a pu être acquise par le plus grand nombre, autant proposer une série L qui ne serait pas centrée sur les Lettres !"

Analyse / Contre-rapport sur la filière littéraire, 09/2007 :
Le rapport [de l’IGEN] propose donc logiquement de passer à une étape définitive, façon de régler le problème : les mesures de " valorisation " ayant échoué, l’institution, lasse d’entretenir de ses efforts une filière moribonde, va courageusement tirer, en quelque sorte, un trait chirurgical sur une série qui aurait fait son temps. Soit en fondant les séries dans une filière unique, soit en diluant les littéraires dans les économistes, soit en vendant la littérature à la communication et l’enseignement général à la technologie."






Retour page lyceechatel
24/02/10