Halte au marchandage des exercices scolaires !


Depuis quelques années, les sites de soutien scolaire privés en ligne fleurissent sur le Net, et c’est un fait que les élèves du secondaire y font de plus en plus appel, pour le meilleur et pour le pire. Il est déjà fréquent de trouver des corrigés entièrement recopiés dans les devoirs faits à la maison, et il arrive même désormais que l’on surprenne des élèves en train de les consulter en ligne sur leur téléphone pendant un devoir fait en classe…

Sans souhaiter ni demander l’interdiction pure et simple de tels sites, nous pensons qu’il est urgent, devant leur multiplication incontrôlée et l’augmentation de leur usage par les élèves, de se pencher sur un cadre réglementaire : de même que le marché de la santé est l’objet d’un contrôle de l’Etat, il nous semble que le marché de l’éducation ne peut être laissé sans règles définies. Il y va en effet, pour le dire ainsi, de la « santé » intellectuelle des nouvelles générations et aussi de la crédibilité du système scolaire lui-même.

En effet, parmi ces sites, certains peuvent proposer un soutien scolaire de qualité, tandis que d’autres consistent essentiellement, et parfois de manière éhontée, à exploiter les angoisses des élèves afin de leur vendre des corrigés complets d’exercices, de qualité variable, prêts à l’emploi ou réalisés sur commande. De ce point de vue, le lancement en fanfare - puis sa fermeture aussi sec... - début Mars du site « faismesdevoirs.com », qui est loin d’être le premier site de ce genre, représente un summum d’hypocrisie, face auquel il serait honteux que les pouvoirs publics renoncent à jouer leur rôle.

Selon nous, l’existence non contrôlée de tels sites pose en particulier les problèmes suivants :

  • Ils constituent, pour les élèves, un encouragement à la tricherie et concourent à la dévalorisation du travail scolaire.

  • Ils contribuent à mettre en doute la validité et la sincérité des résultats scolaires obtenus pendant l’année.

  • Ils représentent une exploitation mercantile à peine voilée et sans vergogne des angoisses des élèves.

    C’est pourquoi les signataires de cet appel demandent instamment au Ministère de l’Education Nationale et aux pouvoirs publics dans leur ensemble, de bien vouloir lancer rapidement une réflexion approfondie sur cette question, afin d’envisager des mesures politiques et législatives pour y répondre sans ambiguïtés. Deux grands axes nous paraissent à cet égard prioritaires :

  • Mettre en place un cadre légal et déontologique pour réglementer l’ouverture et le fonctionnement des sites de soutien scolaire en général.

  • Réfléchir plus activement au développement d’outils en ligne de soutien scolaire qui soient développés par l’institution scolaire elle-même ou du moins supervisés et encadrés par elle.


    L’équipe de skhole.fr
    http://skhole.fr

    Signer cette pétition.
  • 07/03/09