Les nouveaux «entrepreneurs associatifs»


Ou bien

Comment transformer une légitime indignation en une activité lucrative à défaut d’être vraiment efficace ?

Avertissement : L’objet de cet article (deuxième version du 13-12-08) n’est pas de «stigmatiser» des personnes sincères. Nous cherchons à faire réfléchir sur un mode d’action qui ne semble pas en rapport avec les objectifs visés par certaines associations. C’est particulièrement le cas quand on fait appel à la générosité du public sous une forme ou sous une autre. Toute association « a but non lucratif » faisant des appels de fonds importants se doit d’être absolument transparente sur les questions financières et d’être «comptable » de l’utilisation de ces fonds. Cette étude est aussi un projet de conférence que je compte faire à des étudiants.

Nous allons étudier un vrai cas d’école :

Cela fait maintenant plus de 10 ans que nous voyons fleurir en France de nombreuses associations qui lèvent de plus en plus de fonds « à l 'américaine » pour faire vivre des activités aussi diverses que :

- La dénonciation de la charge fiscale (ex : contribuables associes.org)
- La dénonciation de la pornographie (« avenir de la culture » aujourd’hui en sommeil)
- La dénonciation des régimes spéciaux de retraite (sauvegarde retraites.org)
- La dénonciation de l’avortement (Droit de naitre )
- La dénonciation des dérives éducatives ( sos-éducation)
- La dénonciation des charges des petites entreprise ( le GEFI : c'est nouveau..)
- La dénonciation du laxisme Judicaire ( « l’Institut pour la Justice » une nouvelle activité qui fait parler d’elle en raison de l’assassinat horrible d’Anne-Loraine Schmitt …)
Etc…

La suite sur keros.centerblog.net

19/12/08