Réforme du lycée : motion du GELAHN


Motion adoptée à l’unanimité
lors de l’AG du GELAHN (CNARELA),
le 12/11/2008.

Le GELAHN (Groupe des Enseignants de Langues Anciennes de la Haute-Normandie) association membre de la CNARELA, réuni en assemblée générale le mercredi 12 novembre 2008, déplore vivement le projet de classe de Seconde applicable à la rentrée 2009.

La structure retenue par le ministère s’appuie tout d’abord sur une réduction de l’horaire total hebdomadaire des élèves, leur interdisant le choix d’une option facultative et diminuant de fait l’offre de formation diversifiée antérieure.

Par ailleurs, l’organisation des matières en " trois ensembles " procède par glissements successifs qui fragilisent beaucoup de sections existantes. En effet, l’extension des matières obligatoires du tronc commun aux " modules d’exploration et d’approfondissement " occupe la place horaire réservée antérieurement aux options. Les disciplines artistiques (arts plastiques, histoire des arts, théâtre, cinéma) ainsi que le latin, le grec et des langues vivantes (LV3 – sections européennes) sont ainsi remises en cause. Par exemple les élèves se destinant à une filière scientifique et qui composent actuellement la majeure partie des groupes de langues anciennes en lycée ne vont-ils pas avoir naturellement tendance à choisir plutôt des modules dans les disciplines scientifiques ?

Enfin, la modularisation et la semestrialisation ruinent le suivi et la cohérence des disciplines, quelles qu’elles soient. Ainsi selon les choix faits par les élèves, les effectifs de langues anciennes risquent de varier considérablement d’un semestre à l’autre - certains élèves ne feront de latin ou de grec que la moitié de l’année, au premier ou au second semestre, les classes de Première seront composées d’élèves de niveaux différents, les épreuves du baccalauréat risquent d’en être affectées, alors que l’enseignement des langues anciennes en collège est continu (depuis la 5e pour le latin) et suit une progression cohérente.

L’Assemblée générale du GELAHN s’élève contre ce projet. Elle propose au contraire, pour favoriser une orientation pertinente des élèves, un tronc commun de matières obligatoires doté d’un horaire suffisant, assorti d’options non concurrentes : une option obligatoire ouvrant vers une filière, et une option facultative indépendante du choix futur de la série, l’une ou l’autre pouvant être une langue ancienne conservée jusqu’au terme des études secondaires.

http://www.gelahn.asso.fr/
15/11/08